Accueil


Bulletin Janvier - mars 2016



Éditorial

Allez donc visiter notre site internet qui est mis à jour fréquemment et dont l’adresse est : www.peinturemedievale Mais vous pouvez vous contenter de taper sur votre Google préféré : CIDRPPA et vous tombez aussi dessus. Allez alors à la page Archives et passez en revue les différentes années. Je l’ai fait ce matin pour mettre à jour le site et j’ai été impressionné par la variété et le nombre d’activités, de visites, de conférences, de signature de livres, de voyages que notre association propose à ses adhérents. Le voyage de cette année fut une réussite. Pour ceux qui ne l’ont pas fait, vous pouvez en retrouver les étapes à la page Voyages... Cela vous donnera l’envie irrépressible de vous joindre à nous pour notre prochain voyage qui aura lieu ... (vous le saurez en poursuivant votre lecture...) Le Bulletin, dont vous tenez un exemplaire entre les mains vous est adressé à plusieurs reprises dans l’année ; vous y trouvez les activités proposées pour les mois à venir dès que nous en arrêtons les dates, c’est-à-dire dès que le projet est certain. Ces informations sont aussi sur le site internet. Enfin, il me reste à vous vanter la Bibliothèque qui se trouve au Musée du Petit Palais et dont l’entrée est gratuite. Actuellement, comme nous vous l’avions annoncé, elle n’est ouverte que les jeudi après-midi. Dès que l’ouverture quotidienne pourra reprendre, nous vous préviendrons. Si vous ne la connaissez pas, allez-y ! Magnifique, confortable, chauffée, bien éclairée, vous y trouverez tout... ou presque, sur l’art médiéval et beaucoup sur l’art en général (Vous trouvez des photos de cette Bibliothèque à la page éponyme du site internet). Profitez de toutes ces possibilités, et pour cela, pensez à vous réabonner en utilisant le formulaire en dernière page de ce Bulletin sans oublier d’y joindre votre chèque. Je ne peux terminer sans oublier un dernier avantage et non des moindres : au CIDRPPA, vous ne trouvez que des gens passionné par l’exceptionnel patrimoine artistique français et italien que nous parcourons ensemble année après année. Nous nous retrouvons le 23 janvier qui est notre prochain rendez-vous.

François-Marie Legœuil



Activités du Centre



• Le 23 janvier a lieu l’assemblée générale annuelle de l’association. La convocation et le formulaire de pouvoir vous ont été envoyés le 30 décembre. Au cours de cette AG nous élirons, comme tous les trois ans, le conseil d’administration. De nouveaux candidats peuvent se manifester par courrier ou téléphone à Madame Lorang ou Marie-Claude Léonelli.



À l’issue de cette réunion, nous vous présenterons la conférence « jeune chercheur ». C’est Sarah Zingraff, que vous connaissez, qui nous parlera de sa démarche de thèse (soutenue en décembre 2014) sur Les bijoux dans la peinture de l’Italie du Nord au XIVe et XVe siècles. Etude de l’image qu’une société veut donner d’elle-même.

Rendez-vous à 14h30 au Petit Palais ; l’AG et la conférence auront lieu dans la salle 10.



Nous remercions ceux d’entre vous qui ont déjà renouvelé leur adhésion au Centre pour 2016. Un formulaire est annexé au présent bulletin.



• Notre voyage traditionnel aura lieu cette année dans le département voisin des Alpes-de-Haute- Provence. Moins riche que celui des Hautes-Alpes, il conserve pourtant des témoins de qualité comme les mosaïques romanes de Ganagobie et les cycles de peintures murales de la cathédrale de Digne. Le voyage est prévu du 31 mai au 3 juin. Des précisions vous seront apportées très prochainement.



• Le Centre a acquis, entre autres ouvrages, le très beau livre Cathédrales de Provence (éditions La nuée bleue) sorti en novembre dernier. Le catalogue de l’exposition Lyon Renaissance, arts et humanisme que nous avons visitée ensemble le mois dernier, nous a été offert par une adhérente. Vous pouvez les consulter à la bibliothèque, le jeudi de 14 à 17h.

Expositions



Expositions



• Jusqu’au 24 janvier, le musée de l’Armée commémore D’Azincourt à Marignan. Chevaliers et bombardes, 1415-1515, exposition saluée comme « une magistrale leçon d’Histoire ». On peut y voir le seul manuscrit enluminé conservé du Maître de Moulins, et le plus grand bronze français du XV° siècle. Catalogue, éd.Gallimard/Musée de l’Armée, 35€.



• Le 25 janvier se termine à Paris, la très médiatique exposition du musée Jacquemart-André, Florence, portraits à la cour des Médicis. Catalogue, éd. Culturespaces/Fonds Mercator, 32€.
-



• Jusqu’au 2 février au musée de la Renaissance à Ecouen, Une reine sans couronne ? Louise de Savoie mère de François Ier est la première exposition qui lui soit consacrée. Plus de 70 œuvres mettent en avant ses choix artistiques, qui ont fortement marqué ceux de son fils. Catalogue, RMN éd., 35€.



• Jusqu’au 14 février au musée de l’œuvre Notre-Dame de Strasbourg, dans le cadre du millénaire des fondations de la cathédrale, l’exposition Strasbourg 1200-1230, la révolution gothique explore l’arrivée du style gothique en pays germaniques (sculptures du transept sud, célèbre « pilier des anges », orfèvreries...).



• Enfin, signalons deux expositions à visée iconographique, comportant des œuvres de la fin du Moyen Age et du XVI° siècle, qui se terminent bientôt : au Grand-Hornu (près de Mons en Belgique), musée des Arts contemporains, L’homme, le dragon, la mort : figures de saint Georges du XV° au XX° siècle (jusqu’au 17 janvier) ; et à Nantes, passage Sainte-Croix, Sainte Anne et le livre, consacrée au thème dit « de l’Education de la Vierge » (jusqu’au 6 février).



Musées



• À Colmar, le musée Unterlinden double sa surface d’exposition, grâce à l’acquisition d’un nouveau bâtiment, et présente après trois ans de travaux un nouveau parcours de visite. La restauration de l’œuvre la plus célèbre de ce musée, le retable d’Issenheim peint par Matthias Grünewald, commencée en 2011 puis interrompue, va reprendre en fin d’année.



• Au musée de l’œuvre Notre-Dame à Strasbourg, une nouvelle salle aux conditions de conservation adaptées accueille la trentaine de dessins d’architecture liés au chantier de la cathédrale. En raison de la rareté et de la fragilité de cet ensemble, cette salle n’est ouverte au public que trois heures par semaine, sur inscription. Mais un espace didactique présentant les dessins est ouvert en permanence.



• Le musée du Louvre a acquis en décembre un volet de triptyque représentant l’Arrestation du Christ, commandé par un proche des rois de France Charles VII et Louis XI, vers 1440-50. L’autre volet se trouve au musée Fabre de Montpellier.




• Au musée de Cluny à Paris, conférence à deux voix (une conservatrice de la British Library de Londres et une enseignante en littérature médiévale de la Sorbonne Nouvelle) sur Manuscrits : lire les textes au prisme des images. Cette approche du rôle des enluminures au sein d’un manuscrit sera limitée à des cas de textes profanes. Le 20 janvier à 18h30, entrée libre.



• Même lieu, présentation par B. de Chancel-Bardelot de la Tenture de Bayeux exécutée en 1499 pour le chœur de la cathédrale de cette ville (à ne pas confondre donc avec la « broderie de Bayeux »), et représentant des scènes de la vie de la Vierge. Les deux panneaux du musée viennent d’être restaurés. Le 4 février à 12h30 (pas de supplément au droit d’entrée) et à 18h30 (entrée libre).

Attention : il est conseillé de se renseigner sur les modalités du plan Vigie pirate auprès de chaque établissement avant tout projet de visite.