Accueil


Éditorial

L’année écoulée a été un excellent cru avec les visites commentées à Avignon, les deux sorties conférence au musée du Louvre, la prestation jeune Chercheur et le voyage dans le Marquisat de Saluzzo particulièrement suivi et qui nous a amené des nouveaux participants. J’en profite pour souhaiter la bienvenue aux membres qui nous ont rejoints l’an passé et je puis leur affirmer que 2014 sera aussi foisonnant d’activités que le fut 2013. Cette année fut aussi celle de la signature avec la municipalité de la convention qui régit nos rapports avec le musée et nous nous en félicitons. Je souligne que la bonne tenue de nos finances va nous permettre d’accélérer le programme d’achats de documents et livres pour notre fonds de bibliothèque, ce qui est, ne l’oublions pas la raison d’être de notre association. Enfin, je souhaite remercier tous ceux qui nous ont aidés et plus particulièrement Marie-Claude Léonelli et Sophie Kovalevsky sans qui l’association ne serait pas ce qu’elle est et je remercie Nathalie Lorang notre trésorière dont l’activité chez nous va bien au-delà de cette fonction. Longue vie au CIDRPPA.

François-Marie Legœuil, président



Activités de l’association

Notre premier rendez-vous de l’année est pour le jeudi 13 février à Marseille.

Notre but est de visiter le nouveau musée d’Histoire de Marseille ; il nous sera présenté l’après-midi par Solange Rizoulières, conservateur au musée, membre du Centre. Elle nous commentera particulièrement la section médiévale dont elle s’occupe. Nous proposons également, pour ceux qui peuvent se libérer la journée entière, de voir, le matin, la tour construite par le roi René à l’entrée du port.



Organisation : chacun se rend à Marseille par ses propres moyens (train ou co-voiturage). Le déjeuner est libre.

Le rendez-vous pour les deux visites est au même endroit, à la sortie du métro « Vieux Port » : à 10h45 pour la tour et à 14h pour le musée.

Attention : la tour ne comporte pas d’ascenseur, il faudra monter les escaliers. Mais la vue du sommet est magnifique, avis aux photographes !

Cette sortie sera une belle occasion, pour ceux qui n’ont pas encore vu les nouveaux aménagements des quais et des alentours du Mucem, de s’y promener.

A prévoir : le billet d’entrée au musée, 5€ en tarif normal, peut-être réduit selon le nombre de participants. Entrée libre pour la tour, les passerelles, et le jardin méditerranéen du Mucem.



Le samedi 15 mars au Petit Palais d’Avignon, se tiendra notre Assemblée générale annuelle, à 15h.

Vous recevrez une convocation, veuillez noter déjà la date.

L’AG sera suivie d’une visite à la collégiale (depuis peu basilique) Saint-Pierre, où nous commenterons les vêtements liturgiques du bienheureux Pierre de Luxembourg (fin du XIV° siècle) et le groupe sculpté de la Mise au tombeau (XV° siècle).



Notre voyage de juin

Vous avez reçu les documents concernant le voyage, préparé et guidé par Sophie Kovalevsky, qui aura lieu du 3 au 6 juin dans l’arrière-pays niçois. Nous découvrirons des chapelles peintes, et de nombreux retables peints notamment par les Bréa.

Les inscriptions ont démarré très fort, ne tardez pas à vous inscrire.

D’autres activités, en projet, vous seront annoncées prochainement.



N’oubliez pas d’aller de temps à autre sur notre site internet :



Pour ce faire soit vous tapez l’adresse du site : http://peinturemedievale.fr

Soit vous tapez dans la barre de Google : cidrppa avignon ou encore : peinture medievale avignon

Ces trois méthodes vous amèneront sans problème sur notre site qui doit devenir votre site préféré.



Annonces



Conférence

Samedi 25 janvier, Dominique Vingtain, conservateur du musée du Petit Palais et du Palais des Papes, donnera pour la Société des Amis du Palais des Papes, une conférence sur « Musée et Monument historique. Deux cas avignonnais : le palais des papes et le Petit Palais  ».

Centre de congrès du palais des papes, à 14h30.



Lundi 27 janvier au musée des Tapisseries à Aix-en-Provence, Michel Pastoureau parlera de «  La couleur au Moyen Âge  », à 18h.



Commémoration

Le 28 janvier, jour de sa mort en 814 débute « l’année Charlemagne » à Aix-la-Chapelle. Ce 1200e anniversaire sera marqué par diverses manifestations, que nous vous signalerons. De juin à septembre se dérouleront conjointement trois expositions, sur l’art, la vie quotidienne, et l’exercice du pouvoir, à l’époque carolingienne.



Colloques

Du 26 au 28 mars à l’université de Lausanne se déroulera le colloque « Orfèvrerie gothique en Europe : production et réception ».

Deux de nos membres y feront une communication.



Au même moment, du 27 au 29 mars une rencontre sur « 1994-2014 : Vingt ans de découvertes de peintures monumentales. Bilans et perspectives  » est organisée par le Groupe de Recherche en Peinture Murale, le Centre d’Études Médiévales de Montpellier, et l’Institut Royal du Patrimoine Artistique de Bruxelles, à Noyon. Parmi ceux qui ont mis au point le programme et prendront la parole, plusieurs sont membres du Centre. Inscriptions sur le site http://org.kikirpa.be/noyon



Les personnes intéressées par l’un ou l’autre de ces colloques peuvent nous en demander le programme.



Expositions

Le 2 février fermera l’exposition « Dürer maître allemand » au Städel Museum de Francfort : 200 œuvres, peintures, gravures et dessins préparatoires venus du monde entier. Le catalogue sera prochainement consultable à la bibliothèque.



Vont bientôt se terminer trois expositions des « Trésors enluminés des musées de France » :



Au palais des Beaux-Arts de Lille, jusqu’au 10 février, les enluminures médiévales sont confrontées aux œuvres de l’artiste contemporain Jan Fabre.



Au musée des Augustins de Toulouse, jusqu’au 16 février, sont regroupés les manuscrits des musées de Languedoc-Rousillon et Midi-Pyrénées.



Au musée des Beaux-Arts d’Angers, jusqu’au 16 mars, ceux des régions Pays de Loire et Centre.

Ces livres ou feuillets manuscrits ont pour trait commun d’être conservés dans des musées, alors que d’habitude ce type d’objets, en France, se trouve dans les bibliothèques. L’intérêt de ces expositions est donc de montrer des œuvres très peu connues, voire inédites, car laissées d’habitude en réserves. Mais on ne pourra guère en attendre de problématique scientifique, s’agissant des fruits aléatoires d’un collectionnisme très disparate.