Accueil


Bulletin de mars 2007

Une excellente nouvelle.

Un nouveau conservateur vient d’être nommé à la tête du musée du Petit Palais. Notre conseil d’administration unanime présente a Madame Dominique Vingtain ses plus vives félicitations pour sa nomination à la tête de cet ensemble exceptionnel qu’est le musée du Petit Palais d’Avignon : un bâtiment prestigieux, abritant une collection de niveau international. Permettez-nous, madame le Conservateur de souligner toute la satisfaction que nous avons ressentie à cette nouvelle, car nous savons que vous connaissez le Centre depuis très longtemps et que vous avez pu en apprécier à la fois l’originalité et les services qu’on pouvait rendre a la cause commune, celle de la peinture médiévale. Nous espérons que votre présence à la tête du Musée permettra de resserrer la collaboration qui avait été souhaitée par les initiateurs communs du Musée et du Centre lorsqu’ils les ont créés dans les années soixante-dix et qui du reste fut longtemps une réalité vivante. Les moyens du Centre sont aujourd’hui sans commune mesure avec ceux de naguère, mais le dynamisme de l’équipe et la conviction des membres de l’association sont intacts et en matière de culture, c’est sans prix.

François-Marie Legoeuil président



Vie de l’association

Le compte rendu de l’assemblée générale de novembre est consultable au centre.



N’oubliez pas que nous dépendons beaucoup plus largement que jadis des cotisations de nos membres. Plusieurs d’entre vous n’ont pas encore acquitté leurs cotisations 2007 : nous vous remercions d’avance de le faire dans les plus brefs délais. Parlez du Centre autour de vous, amenez vos amis, vos relations à nos manifestations : l’agenda de cette année est particulièrement dense et intéressant et une participation importante sera la meilleure des publicités. Enfin, faites adhérer vos amis et vos relations : la croissance du nombre des adhérents c’est l’assurance de la pérennité.

Depuis longtemps annoncée, la visite de l’exposition consacrée par le musée du Vieux Marseille au panneau peint du Prêche de Marie-Madeleine (début XVIe) aura lieu le samedi 24 mars a 15 heures. Elle sera commentée par Marie-Claude Leonelli, l’un des auteurs du catalogue.

Nous vous donnons rendez-vous devant le musée (derrière l’hôtel de Ville, parking souterrain à proximité immédiate, accès facile en arrivant par l’autoroute, sortie Joliette, direction Vieux-Port). Un covoiturage peut-être organisé, ceux d’entre vous qui disposent de places dans leur voiture, ou au contraire n’ont pas de véhicule, peuvent se signaler à Isabelle Duval au Centre (le jeudi et le vendredi, tel. 04 32 76 26 87). Vos amis peuvent vous accompagner. Une participation de 2 € sera demandée à chacun, membre ou non du Centre.



La conférence du samedi 3 février 2007

Samedi, une conférence 4 deux voix a réuni des auditeurs très intéressés autour de Marie-Claude Leonelli et Francois Guyonnet dans la bibliothèque du Centre. 1 de la découverte récente d’une maison qui à première vue ne présentait qu’un intérêt mineur, mais l’étude menée grâce à la collaboration de plusieurs organismes patrimoniaux

a révélé l’importance.

Francois Guyonnet, après avoir évoqué la topographie de la ville de Cavaillon enserrée dans ses remparts au XIVe siècle, a situé l’emplacement de cette maison dite « du Pantagruel » ou encore « du chanoine », car il s’agit d’une maison canoniale sise dans l’îlot formé par le groupe épiscopal autour de la cathédrale. Cet immeuble destine à être transformée en appartements présente des talutages, des contreforts et sur |’ancienne cour une façade somptueuse avec des ouvertures XIV et XVes siècles, indices qui laissaient a penser qu’il s’agissait d’un bâtiment intéressant. Son étude a permis une restitution du premier étage : trois pièces, couvertes de plafond à solives apparentes, ouvertes sur la cour. Dans l’une d’elles de 7 mètres carrés, on a découvert un très beau décor peint. Celui-ci restera dans l’anonymat, on peut cependant, selon Marie-Claude Léonelli, le dater du début du XIVe siècle. Cette pièce sans doute était un oratoire, destiné à la prière, la méditation et la lecture où le chanoine avait demandé un décor organisé selon sa logique particulière. Le bas des murs est orne par une tenture en trompe-l’œil fréquente au Moyen-Age, portant encore le négatif de ses rinceaux dix-neuf personnages, dont quatre sont perdus, sont alignés le long des parois de la pièce.

Malgré le piquetage volontaire des enduits on peut identifier la plupart d’entre eux Marie-Claude Léonelli nous a fait successivement reconnaître grâce a leurs attributs ou leur gestuelle, saint Véran évêque de Cavaillon au IVe siècle, et des saints qui sont ceux de l’Eglise universelle, mais aussi particulièrement vénérés a Cavaillon, Antoine abbé, Jean-Baptiste, peut-être Maur et Fiacre, patrons de jardiniers, Michel archange, Étienne, Laurent, Barbe, Catherine, Marguerite, les dix mille martyrs du Mont Ararat conduits par saint Acace.

À Cavaillon, il existe encore d’autres vestiges à étudier, des éléments archéologiques intéressants, contemporains de la maison du Pantagruel. Cavaillon n’est pas sinistrée totalement par les démolitions des XIXe et XXe siècles et le type d’étude qui a présidé à la redécouverte de la maison du chanoine devrait être ailleurs systématique avec des débouchés sur des trouvailles intéressantes.

Nicole Balsan.



Actualités de l’Art médiéval

Disparition

Le professeur Marcel Durliat est mort à Toulouse, le 26 décembre 2006 a l’âge de 80 ans Professeur d’histoire de l‘art du moyen-âge a l’ Université de Toulouse, il a formé plusieurs générations d’universitaires et de chercheurs.

De ses très nombreuse publications, la bibliothèque du Centre possède Arts anciens du Roussillon (1954), L’art dans le royaume de Majorque (1962, issu de sa thèse), architecture espagnole (1966), Roussillon roman et Pyrénées romanes dans la célèbre collection Zodiaque, la belle synthèse sur l’art roman publiée par Citadelles et Mazenod en 1993, ainsi que plusieurs articles ou recensions.

Très attentif aux initiatives nouvelles, M. Durliat avait encouragé les débuts du Centre et salué la publication de notre revue « Chronique méridionale ».



Publications

Les Presses Universitaires de Rennes font un honorable effort en faveur de l’histoire de l’art. Parmi les parutions du dernier trimestre 2006 :

Martine Callias — Bey et Véronique David : Les vitraux de Basse-Normandie (258 p., 23 x 29 CM, 34 €).

Malgré les destructions dues aux bombardements de 1944, les trois départements du Calvados, de la Manche et de l’Orne sont encore riches en vitraux, en particulier du début du XVIe siècle.

- Collectif : Les orfèvres de haute Bretagne (496 p., 21 x 27, 39 €).

Cet ouvrage inventorie les œuvres conservées, du moyen-âge au XIXe siècle, et étudie les différents aspects de la pratique du métier.

- Véronique Dalmasso : L’image du corps dans la peinture toscane, vers 1300 — vers 1450.

(312 p., 17,5 x 25 cm, 25 €).

Ce livre cherche à comparer le traitement du corps du Christ et de celui des hommes.

Adresse des PUR : Campus de la Harpe, 2, rue du doyen Denis Leroy, 3544 Rennes cedex.



Chez |’éditeur florentin Centro Di, signalons pour la fin 2006 :

Alessandro Bagnoli : Il museo di Arte Sacra di Massa Maritima. (90 p., 24 x 17cm, 18€).

Ce petit musée du sud de la Toscane, récemment rénové, contient en particulier le très beau retable d’Ambrogio Lorenzetti comportant les représentations allégoriques des trois vertus théologales sur les marches du trône de la Vierge.



Lorenza Melli : I diseoni italiani del quattrocento ne ! Kupferstich-kabinett di Dresda

( 256 p., 28,5 x 21,5 cm, 80 €).

Catalogue complet de |’une des plus anciennes collections de dessins du AVe siecle, commencée en 1720, révélée au public par une récente exposition (15 septembre-5 novembre 2006) a I’ Institut allemand de Florence.

- Luciano Bellosi : I vivi parean vivi, Scritti di storia dell’arte italiana del Duecento e del Trecento (500 p. 800 ill., 28,5 x 21,5 cm, 150 €).

Ce volume regroupe une quarantaine des plus notables contributions (articles de revues ou de catalogues d’expositions) de L. Bellosi à l’histoire de la peinture et dans une bien moindre mesure de la sculpture - aux XIII ° et XIV siècles a Sienne, Assise, Florence, Pise, et Arezzo. L’auteur, maintenant 4a la retraite, a travaillé a la surintendance de Florence avant d’enseigner a l’université de Stenne.

La bibliothèque du Centre possede plusieurs de ses livres et articles.

oe

Pour une vision globale de la société médiévale, ses différentes composantes et son mode de pensée et de croire, un ouvrage érudit, mais très accessible et très richement illustré :

Robert Bartlett (sous la direction de) : Le monde médiéval. Londres, Thames and Hudson (336 p., 800 ill., 29,95 €).



Thématique

La derniére livraison de la revue Religion et Histoire (n° 12, Janvier — février 2007, 9 €) est consacrée aux Juifs en France au Moyen Age. Sur les seize courts articles, plusieurs ont trait A la pensée, a la piété et aux bibliothéques des Juifs de Provence ; d’autres presentent les vestiges concrets des communautés médiévales : synagogue de Lagny-sur-Marne (XIII © s.), bain rituel de Montpellier (fin XII ° s.), armoire aux rouleaux de la Thora en pierre sculptee de Saint-Paul-Trois-Chateaux (XV *

s.), stéles funéraires gravées de Paris et de Dyon (XIII © s.).

La revue contient également une synthése rapide sur la représentation du juif dans le monde chrétien de Il’époque : « Du réalisme 4 Ja caricature, l’image du juif dans l’art gothique » par JF. Fal.

Adresse de la revue : BP 90, 21803 Quétigny cedex. Tel. 03 80 48 28 76



Jean-Frangois Fail, de l’université de Montpellier, est par ailleurs |’auteur du livre Image du juif dans |’art médiéval, Paris, Maisonneuve et Larose, 2005. 20 € Consultables sur le sujet à la bibliothèque du Centre -



- B Blumenkranz : Le juif médiéval au miroir de Part chrétien, Paris, Etudes Augustiniennes, 1966.

----

Th. Et H ; Metzger : La vie juive au Moyen Age, illustrée par les manuscrits hébraïques enluminés du XIIIe au XVIe s. Paris-Fribourg, office du Livre / Vilo, 1982, 320 p.

M. Sarel « Les Manuscrits hébreux » dans Les Trésors manuscrits de la Méditerranée Dijon, Faton, 2005, p.90 -111.



Conférences

Le 5 mars à Paris, présentée par l’organisme Intermèdes Art et politique en Italie du Nord, Vérone au temps des Scaligeri par Philippe Josserand, maître de conférences à l’université de Nantes.

L’une des plus anciennes (1259) et des plus fécondes expériences de seigneurie urbaine en Italie, et utilisation de la commande artistique a des fins de propagande.

Auditorium de I’Espace Georges Bernanos, 4 rue du Havre, 75009 (métro Havre Caumartin ou Saint-Lazare) ; de 16 à 18h. : entrée 10 €



Le 13 mars à Paris, sous l’égide de la revue Archéologia, La tenture de l’Apocalypse par Alain Erlande-Brandeburg, ancien conservateur du musée de Cluny, un des grands spécialistes français de I’art gothique. La célébré suite des tapisseries de la fin du XIV°

a fait l’objet d’une nouvelle présentation, dans le château d’ Angers. Même lieu que le 5 mars, de 18 à 20h – entrée l0 €.



Le 21 mars à Venelles ( 47 km au nord d’ Aix-en-Provence), Archéologie et présence chrétienne à Riez, par Philippe Borgard, chargé de recherches au CNRS

À l’église de Venelles, à 20h : entrée libre.



Visites guidées

À Paris, le 8 mars, Elisabeth Taburet-Delahaye, directrice du musée national du Moyen Âge, y pr esentera les coupes a boire orofanes et sacrées de ses collections

horaires : 12h30 (tarif d’entrée au musée) et 18h30 (entrée libre) : 6 place Paul

Painlevé, 75005 ; pas de réservation préalable.



À Aix-en-Provence, le 1“ avril, Aix 4 la fin du Moyen Age.

Sore yous devant la cathédrale a 15 h, mais réservation préalable obligatoire auprès de l’Office du Tourisme, tel . 04 42 16 11 65.



Expositions

Dans le cadre de l’année de I ‘Arménie, les expositions parisiennes du Louvre armenia sacra (voir le dernier bulletin) et de la Biblioth&que Nationale, Livres d’Arménie (55, rue Richelieu, 75002) sont ouvertes Tespectivement jusqu’au 2 1 mai et 25 mars.



À Genève, c’est Chypre, des royaumes anciens aux Lusignan qui est mise en valeur Jusqu’au 25 mars. Musée d’Art et d’Histoire, 2 rue Charles — Galland, CH 1206 Genève Fel 41(0) 22 418 26 00



Rectificatif à l’information donnée dans le dernier bulletin.

France 5 a décidé de reporter en période estivale, à partir de juin, la diffusion de la série « Palais d’Europe » incluant le documentaire sur le Palais des Papes.